Le plugiciel Flash n'est pas installé, n'est pas activé ou bien vous avez désactivé l'exécution de JavaScript dans votre fureteur.

Notes biographiques

1928 : Gilles Vigneault naît le 28 octobre, à Natashquan.

1942 : Le jeune Vigneault quitte la Basse-Côte-Nord pour aller faire son cours classique au Petit séminaire de Rimouski.

1950 : Gilles Vigneault entreprend des études en lettres à l’Université Laval. Il est comédien dans la Troupe Les Treize, compagnie de théâtre où il sera plus tard metteur en scène et directeur.

1953 : Avec quelques copains, Vigneault fonde la revue poétique Émourie. Elle sera publiée jusqu’en 1966.

1954 : Le jeune homme enseigne au collège militaire de Valcartier et, dans les années qui suivent, à l’Institut de technologie de Québec et à l’École de pédagogie de l’Université Laval.

1955 : Gilles Vigneault épouse Rachel Cloutier, avec qui il aura quatre enfants : Michel, Louis, François et Pascale. À la télévision de Québec, il anime l’émission Les invités du père Mathias.

1956 : En plus de faire les cent métiers, le jeune Vigneault écrit pour la télévision et récite ses textes sur la scène du café-théâtre L’Arlequin.

1958 : À la télévision, il incarne le père Télès, un personnage de sa création. C’est là qu’il rencontre le folkloriste Jacques Labrecque, qui enregistre sa toute première chanson, Jos Montferrand.

1959 : Gilles Vigneault fonde les Éditions de l’arc, là où il publie son premier recueil poétique, Étraves.

1960 : Le 5 août, Vigneault chante pour la première fois Jos Montferrand sur la scène de la Boîte aux chansons qu’il a fondée avec des amis. Il rencontre Gaston Rochon, pianiste et arrangeur. Durant cette seule année, il écrira 52 chansons, se produira en première partie de Félix Leclerc à Rimouski et publiera Contes sur la pointe des pieds.

1961 : L’auteur-compositeur-interprète chante à Montréal, au Chat noir puis au Gesù. Il quitte l’enseignement.

1962 : Gilles Vigneault enregistre son premier disque, sur lequel figurent Jack Monoloy et La danse à Saint-Dilon. Il gagne le Grand prix du disque CKAC.

1963 : Il donne un récital à la Comédie canadienne et sort un deuxième album, Gilles Vigneault chante et récite.

1964 : Vigneault participe au Gala de l’indépendance au forum. Il publie Balises, un recueil de poésie et un recueil de chansons, Avec les vieux mots.

1965 : L’artiste compose Mon pays lors du tournage d’un film d’Arthur Lamothe. Enregistrée par Monique Leyrac, la chanson gagne le premier prix de Sopot, en Pologne et le prix Félix-Leclerc. L’auteur fait aussi paraître Quand les bateaux s’en vont, recueil poétique qui lui vaut le prix du Gouverneur général.

1966 : Vigneault se produit sur la scène du Bobino, à Paris, avec Pauline Julien en première partie. Un disque est enregistré pendant le spectacle, qui s’ajoute à celui de Mon pays qui paraît. L’artiste reçoit le prix Calixa-Lavallée de la Société Saint-Jean-Baptiste.

1967 : Le poète chansonnier participe au spectacle parisien intitulé Vive le Québec, aux côtés de Pauline Julien, Claude Gauthier et Clémence Desrochers. L’album La Manikoutai est lancé.

1968 : Gilles Vigneault entreprend sa première tournée française, en première partie de Serge Reggiani. Il lance Le nord du nord.

1969 : L’artiste se produit à l’Olympia de Paris et à la place des Nations, à Montréal, devant 20 000 personnes. Il lance Les voyageurs. Aussi, il rencontre Alison Foy, sa femme, avec qui il aura trois enfants, dont Guillaume et Jessica.

1970 : Gilles Vigneault obtient le prix Charles-Cros pour l’album Du milieu du pont. Il lance trois disques en France, où il récolte succès et honneurs. Au Québec, c’est la Crise d’octobre : Mon pays comme Les gens de mon pays sont interdits d’antenne.

1971 : L’artiste participe aux Poèmes et chants de la résistance II et enregistre Ti-Cul Lachance, une charge à l’attention du premier ministre.

1972 : Gilles Vigneault joue avec l’Orchestre symphonique de Montréal.

1973 : Il joue dans la pièce de théâtre Mistéro Bufo, de Dario Fo, et tourne en Europe.

1974 : En compagnie de Félix Leclerc et de Robert Charlebois, Gilles Vigneault chante à la Superfrancofête sur les plaines d’Abraham. Enregistrée sur disque, la prestation devient J’ai vu le loup, le renard et le lion.

1975 : Le chansonnier participe au spectacle de la fête nationale sur le Mont-Royal, où il chante pour la première fois Gens du pays. Il se produit au Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal, puis à Paris.

1976 : Lors de la Saint-Jean, il participe au spectacle Une fois cinq, en compagnie de Yvon Deschamps, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Robert Charlebois. Le disque reçoit le Grand prix Charles-Cros. Vigneault donne plusieurs spectacles au Québec et en France, puis enregistre J’ai planté un chêne. Le Parti québécois prend le pouvoir.

1977 : Le chansonnier donne une série de spectacles au TNM et sur la scène du Bobino, à Paris. Il est nommé chevalier de l’Ordre de la Pléiade.

1978 : Vigneault fait paraître un livre-disque de contes pour enfants, Les quatre saisons de Piquot et lance l’album Comment vous donner des nouvelles.

1979 : L’artiste chante devant une foule nombreuse à la fête de l’Humanité, à Paris. Il reçoit un doctorat honorifique de l’Université du Québec à Rimouski et présente une nouvelle série de spectacles à Montréal.

1980 : Vigneault prend part aux activités du camp du OUI en vue du référendum et partage son temps entre Montréal et la France, où il se produit à l’Olympia. Il commence sa collaboration avec Robert Bibeau, et reçoit l’hommage Je vous entends chanter organisé par ses pairs. Le camp du OUI perd le référendum.

1981 : Il reçoit un doctorat honorifique de l’Université de Montréal.

1982 : En plus d’obtenir le prix Molson du Conseil des arts, Vigneault lance l’album Combien de fois faut-il parler d’amour ? et le recueil de poèmes Autant de fois que feuille tremble au vent, qui y répond. Il part en tournée au Québec et en France.

1983 : Il publie l’intégrale de ses textes de chansons sous le titre Tenir paroles, puis fait paraître Un jour je ferai mon grand cerf-volant, qui lui vaut le Grand prix Charles-Cros. On lui attribue aussi le prix Denise-Pelletier consacré aux arts de la scène.

1984 : L’auteur-compositeur chante à l’Olympia et reçoit le prix In Honorem de l’Académie Charles-Cros pour ses livres-diques Les quatre saisons de Piquot et Quelques pas dans l’univers d’Éva, paru en 1981.

1985 : Gilles Vigneault et sa famille s’installent à Paris. Il reçoit la légion d’honneur (France) et est fait chevalier de l’Ordre du Québec de la main même de René Lévesque.

1986 : L’artiste fait paraître en France Chansons, contes et comptines et une compilation, Mets donc tes plus belles chansons ensemble. À titre de comédien, il participe au film Tinamer, dont il écrit aussi la chanson thème.

1987 : Gilles Vigneault monte le spectacle Le temps de dire, qu’il présente en France puis au Québec. En plus de divers autres prix, Mon pays est sélectionnée comme étant la plus belle chanson francophone jamais écrite au Québec.

1989 : Il chante en compagnie de 6 000 chanteurs aux Choralies de Vaison-la-Romaine.

1990 : Une semaine d’hommage est organisée à Paris pour célébrer ses trente ans de carrière. L’artiste est fait Officier des arts et des lettres. Il fait paraître le coffret 101 chansons, qui reçoit le Grand prix Charles-Cros. À Montréal, il participe au spectacle de la fête nationale, Aux portes du pays.

1991 : En collaboration avec Marcel Sabourin, Vigneault écrit la pièce de théâtre Titom présentée à la Place des Arts.

1992 : Vigneault chante aux célébrations du 350e anniversaire de Montréal. En plus de publier un recueil, Bois de marée et un livre-disque, Léo et les presqu’îles, il reçoit la médaille de l’Académie québécoise des lettres et le prix Hommage remis lors du Festival de Québec.

1993 : Le chansonnier fait paraître l’album Le chant du portageur et présente son spectacle en France, puis au Québec. Il est récipiendaire du prix du Gouverneur général pour les arts et les lettres, ainsi que du prix Hommage de la Bourse Rideau.

1995 : Robert Bibeau, son pianiste, meurt subitement. Il sera remplacé par Bruno Fecteau. Le camp du NON gagne de justesse le deuxième référendum.

1996 : Gilles Vigneault fait paraître son disque C’est ainsi que j’arrive à toi, puis part en tournée au Québec et en France. On lui remet le prix William Harold Moon de la SOCAN.

1997 : Toujours en collaboration avec Sabourin, il rédige cette fois la pièce de théâtre Léo à vélo. Il met sur pied la formule « récital-forum » et fait le tour des cégeps avec son spectacle. Il publie Entre musique et poésie, une imposante somme de textes de chansons.

1998 : Gilles Vigneault publie L’armoire des jours, lance l’album Au doux milieu de vous, une compilation qui souligne ses quarante ans de carrière. En compagnie de Fecteau, il fait la tournée de son nouveau spectacle, Maintenant (qui deviendra Voyagements).

1999 : Le poète chantant poursuit la tournée de Voyagements, lance un coffret de prestations en spectacles et publie un livre d’entretiens intitulé Comme un arbre en voyage. Il est fait Commandeur des arts et des lettres, une des plus grandes distinctions françaises.

2000 : Gilles Vigneault publie La chanson comme miroir de poche, une conversation avec Jacques Lacoursière. En collaboration avec divers artistes, il enregistre le livre-disque de contes Un trésor dans mon jardin. Il est promu Grand officier de l’Ordre du Québec.

2001 : Voyagements poursuit son périple au Québec et en France. L’auteur rédige la Dictée des Amériques.

2002 : Il enregistre l’album Un piano muet, un conte accompagné par la musique de Denis Gougeon.

2003 : Gilles Vigneault lance l’album Au bout du cœur et part en tournée.

2004 : Le poète publie Les chemins de pieds et un livre de comptines et de contes repris par divers artistes, Un dimanche à Kyoto. La bibliothèque du cégep de Rimouski est rebaptisée en son honneur.

2005 : L’artiste enregistre Si on voulait danser sur ma musique, un disque uniquement instrumental dont il promène le spectacle en tournée. Une importance série documentaire lui étant consacrée est présentée sur la Première chaîne de Radio-Canada.

2007 : On lui attribue le prix Hommage Quebecor pour l’ensemble de sa carrière. Il fait paraître La sacrée rencontre, disque enregistré en compagnie des Charbonniers de l’enfer.